Playboy slot reviewhttp://playboyslotreview.com/

1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Présidentielles 2017 : le secteur du Numérique en état d'urgence

publié le mardi 28/02/2017

Godefroy de Bentzmann, le président du Syntec Numérique, s'alarme fin février du faible niveau d'intérêt des candidats à la Présidentielle 2017 pour l'Economie Numérique et ses enjeux, tant sociétaux qu'économiques. Nous sommes donc en état d'urgence selon lui.

 

Godefroy de Bentzmann, le président du Syntec Numérique, le syndicat des professionnels du Numérique, et de la société de services IT Devoteam, estime que le marché français du Numérique est « en état d'urgence » à quelques semaines seulement des élections présidentielles françaises de mai 2017.

 

Présidentielles : le faible niveau d'intérêt des candidats pour le Numérique

Du fait notamment du faible niveau d'intérêt de ses candidats pour l'Economie Numérique et ses enjeux sociétaux et économiques. « En 2012, les candidats à la Présidentielle étaient déjà aphones sur la question du Numérique, ce qui n'est plus vraiment le cas en 2017. Toutefois, je constate le peu d'ambitions et de convictions de la part de la plupart des candidats sur la question du Numérique », déplore Godefroy de Bentzmann.

 

Même constat pour Véronique Torner, l'une des vice-présidentes du Syntec Numérique, qui est aussi membre du CNNum (Conseil National du Numérique) et cofondatrice de l'ESN Alter Way : « le Numérique est plus visible qu'il y a cinq ans, mais je constate aussi qu'il n'y a pas d'ambitions chez certains politiques, qui ne semblent pas vouloir pas que la France devienne un champion de l'industrie du Numérique... ».

 

Les Politiques sont-ils conscients des enjeux ?

Pourtant, le numérique pèse un poids désormais significatif dans l'économie française tient à rappeler Godefroy de Bentzemann : « Notre secteur représente près de 6% du PIB de la France, l'embauche de quelques 45 000 cadres en 2016, soit 3 fois plus qu'un secteur comme la banque, etc. ».

 

Ce dirigeant attire également l'attention des Politiques français sur les mutations qu'engendre la révolution du Numérique sur tous les emplois : « Aucun Français ne sera épargné par le numérique. L'emploi à vie est terminé au profit d'une multi activité. 90% des métiers vont changer dans les prochaines années. Les 30 millions d'actifs auront tous 4-5 métiers dans leur vie désormais. Nos politiques ne peuvent fermer les yeux sur cette réalité, que nous constatons également dans tous les autres grands pays ».

 

Un droit du travail et une formation professionnelle archaïques

Le Syntec Numérique déplore que ni « notre droit du travail, ni les contrats afférents ne soient adaptés aux enjeux du Numérique et de la plateformisation de l'économie numérique ». Aussi, Godefroy de Bentzmann encourage les Politiques à « agiliser davantage le parcours professionnel des Français et à le sécuriser. Le CPA est une bonne idée mais qui n'a pas été exploitée jusqu'au bout. C'est le bon véhicule pour aider les salariés à gérer leurs formations, leurs droits au chômage, etc. ». De fait, le Numérique a introduit un changement important dans le rapport au travail qu'entretiennent les travailleurs. Il a fait exploser le carcan hiérarchique, grâce aux outils collaboratifs notamment.

 

Ouvrir un Grenelle de la formation

Enfin, Véronique Torner insiste pour que les Politiques français repensent tout le système de la formation professionnelle qui, il est vrai, est un scandale en France. Les six millions de chômeurs ne touchent quasiment pas un centime des quelques 32 MdE dépensés chaque année en formation par la collectivité... Véronique Torner milite donc pour créer une politique de formation valable durant toute la vie professionnelle du salarié avec 3 propositions : simplifier l'accès à la formation, casser les silos sur tout le parcours professionnel, et le rendre moins linéaire. Elle suggère aussi l'organisation d'un Grenelle de la formation et la création d'un IHM pour former nos élites au Numérique. Tout un programme.

 

Désireux de sensibiliser davantage les Politiques à ces enjeux sociétaux majeurs, Godefroy de Bentzmann milite quant à lui en faveur de « la création d'un haut commissaire du numérique détenteur de responsabilités transverses au sein du futur Gouvernement ». Une transversalité et une légitimité gouvernementale que ne possèdent pas, ou trop peu, les Secrétaires d'Etat au Numérique successifs estime le président du Syntec Numérique.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#GUIDEDUCLOUD, #CBP

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région

tory burch glasses https://eyeweardock.com/shop/brand/tory-burch/