1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Magirus consolide ses investissements avec VMWare et Cisco

publié le lundi 03/05/2010

Christophe Negrier, directeur général du Vad Magirus en France, table sur une troisième année de croissance pour 2010. Il capitalisera à nouveau sur les offres de virtualisation des serveurs, dont il en étendra cette année les bénéfices aux data centers. Enfin, la montée en charge de son partenariat avec Cisco est l’une des autres priorités de ce Vad spécialisé également dans les réseaux et le stockage.

 

 

CBP (Channelbp.com) : Magirus France a-t-elle bien résistée à la crise du secteur IT en 2009 ?

Christophe Negrier, directeur général du Vad Magirus France : Notre filiale a enregistré une croissance de 15% sur toutes ses activités en 2009. 2008 avait aussi été une excellente année. Magirus France est profitable dans un groupe qui réalise plus de 300 ME. C’est même la filiale européenne de Magirus qui, avec l’Angleterre, réalise les volumes les plus importants.

 

Comment expliquez cette croissance ?

Cette croissance provient notamment d’un fort investissement dans les hommes, tant au niveau des équipes commerciales que techniques. Par exemple, Magirus France a recruté plus de 10 % d’effectifs supplémentaires en 2009 pour atteindre un total de 43 salariés en ce début 2010.

 

Avez-vous été beaucoup impacté par la brutale chute du marché des serveurs en 2009 ?

En partie seulement, car si le marché des serveurs a chuté d’environ 30% au global, tous les produits liés à leur virtualisation et à la consolidation des SI ont été épargnés. En effet, les entreprises ont opté pour la consolidation de leur SI en privilégiant la haute disponibilité et une bonne connectivité de leurs infrastructures IT au niveau du stockage et des réseaux. Je rappelle enfin que Magirus a été l’un des pionniers de la virtualisation en Europe.

 

Vos prévisions pour 2010 ?

Je table à nouveau sur une croissance de 10 à 15 % pour Magirus France en 2010

 

Comment découpez-vous votre chiffre d’affaires par activités ?

Le chiffre d’affaires de Magirus France se partage à environ 50%/50% entre nos pôles sécurité et data center, du fait de notre historique avec Alasso. Toutefois, une inversion de cette tendance devrait apparaître dès 2010 au profit du data center, suite notamment au référencement des offres de Cisco, VMWare, etc. dans ce domaine.

 

Les data centers sont-ils une priorité pour Magirus cette année ?

Magirus a déjà développé un écosystème reconnu dans le stockage et la virtualisation que je dupliquerai cette année dans les data center en agrégeant des offres complémentaires à celles de VMWare ou de Cisco UCS.

 

Où en êtes-vous de la montée en charge de votre partenariat avec Cisco ?

Magirus sera bientôt le premier distributeur Cisco à proposer une prestation de config to order sur l’offre UCS de Cisco pour les serveurs C Series, et prochainement sur les B-Series. Autant dire que notre certification UCS sera bien amortie, ne serait-ce que par la mutualisation de ses ressources et équipes au niveau du groupe en Europe.

 

Distribuerez-vous l’offre de visio conférence de Tandberg, constructeur récemment racheté par Cisco ?

Cisco fait confiance à Magirus sur le data center, mais ce n’est pas forcément notre métier que de vendre de la vidéo conférence, offre dont les ventes ne sont pas encore très développées chez Cisco.

 

Quels sont les secteurs ou technologies sur lesquels vous encouragez vos clients à investir en 2010 ?

Dans le stockage, beaucoup de Var se positionnent déjà dans la virtualisation. En 2010, Magirus les aidera à investir davantage sur ce créneau, et notamment dans la virtualisation du poste de travail. Je les encourage également à s’intéresser de près à la déduplication des données, offre qui présente un ROI et TCO rapides.

 

Et dans les réseaux ?

Sur la partie réseaux et sécurité, nos clients ont vraiment besoin de se positionner dans la gestion du trafic et des utilisateurs pour les machines virtuelles, un marché prometteur. Il existe aussi des perspectives intéressantes dans la rationalisation des infrastructures réseaux et Lan de leurs clients. Les solutions qu’ils leur ont vendues il y a 3-4 ans sont souvent amorties et elles peuvent donc être échangeables avec une offre IP (FC et FCOE, etc.), plus économe au niveau des coûts de maintenance, de consommation électrique, etc.

 

Quelle est la part des services facturables dans le chiffre d’affaires de Magirus France?

Si des services facturables tels que l’intégration, le support après-vente et la formation, etc. pèsent environ 7% de notre chiffre d’affaires, ils représentent bien davantage en termes de valeur ajoutée délivrée à nos clients. En outre, il est difficile de leur facturer nos différentes prestations en avant vente, raison pour laquelle je ne les comptabilise pas en tant que tel.

 

Ferez-vous évoluer votre offre de services en 2010 ?

Magirus France proposera davantage de services aux clients de notre pôle réseaux/sécurité en 2010. Ils nous demandent en effet de les aider à couvrir les compétences qui leur font défaut, raison pour laquelle nous mettrons cette année à leur disposition du support et des SLA supplémentaires, ainsi que des cellules techniques d’astreinte, un service express de remplacement du matériel, etc. Cette politique s’appliquera également pour notre pôle data center.

 

Magirus France bénéficie-t-il des services du centre technologique et logistique européen du groupe basé à Strasbourg ?

Ce centre technologique et logistique assure la logistique pour la filiale française, mais aussi celle du groupe au niveau européen. Il intervient également pour nous au niveau du support, de la formation, de l’adressage commercial, etc.

 

Prévoyez-vous de renforcer prochainement votre portfolio dans les applications, l’un des nerfs de la guerre dans l’IT actuellement ?

Au niveau des applications, Magirus cherche surtout des partenaires spécialisés dans la gestion des droits et des autorisations, car c’est l’un des points de convergence entre les offres du stockage et de la sécurité. Le référencement d’éditeurs est en cours, dans la déduplication et le stockage intelligent des données par exemple. Toutefois, je ne veux pas mobiliser nos équipes sur des logiciels qui nécessitent des trimestres de conseil, d’avant-vente, etc., des prestations peu ou pas facturables. Ce n’est pas un service à rendre à nos clients dans le contexte actuel.

 

Etes-vous satisfait de votre couverture régionale ?

Notre maillage commercial est perfectible, mais efficace. Je viens encore de l’optimiser avec l’ouverture d’un bureau à Lyon au début 2010. Je dispose également de deux personnes pour gérer le nord et l’ouest de la France.

 

Pensez-vous que la consolidation des acteurs de la distribution IT va s’accélérer en 2010 ?

Cette phase de concentration devrait s’accélérer dans la distribution IT. Toutefois, cette consolidation s’effectue surtout entre acteurs volumistes, comme l’illustre le récent rachat du grossiste Bell Microproducts par son concurrent Avnet, lequel vend également des composants et du matériel IT.

 

Magirus est-il lui-même en phase d’acquisitions ?

Pas à ma connaissance.

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région