1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Les entreprises investissent dans l’IT si la rationalisation de leur SI est en jeu

publié le mercredi 22/09/2010

La SSII Capgemini présente les conclusions – plutôt positives pour l’industrie des services IT - de l’étude World Quality Report 2010-2011. Publiée avec le soutient d’HP, elle analyse les effets de la crise économique sur le cycle de vie de développement des applications, des tests et d’homologation.

 

Premier constat, après la forte réduction des dépenses informatiques identifiée dans le rapport 2009, l’étude 2010 montre qu’une grande majorité (71%) des entreprises continue d’investir dans des projets informatiques. Celles-ci donnent la priorité aux applications qui apportent rapidement un avantage concurrentiel par rapport aux activités quotidiennes de maintien en conditions opérationnelles. C’est la priorité des quelques 30 000 dirigeants d'entreprise, directeurs informatiques, responsables qualité et ingénieurs sondés dans le monde.

 

Ralf Howery, vice-président responsable des distributeurs et partenaires chez Capgemini précise : « Suite à cette forte récession, nous constatons qu'un nombre surprenant d'entreprises poursuivent leurs investissements dans des projets de développement de nouvelles applications. Elles sélectionnent naturellement les projets qui apportent un retour sur investissement rapide et évident. Raisons pour laquelle elles adoptent les développements Agile et les technologies de Cloud Computing qui doivent leur permettre de réduire les délais de mise à disposition des applications et de bénéficier d'applications de meilleure qualité à moindres coûts. »

 

60% des sondés hébergent déjà au moins la moitié de leurs applications en ligne

L’étude confirme que 60% des entreprises interrogées hébergent déjà au moins la moitié de leurs applications dans un environnement de Cloud Computing avec deux tendances : un nombre croissant d’applications en ligne et la rationalisation des infrastructures. Parmi les avantages du Cloud Computing mentionnés par les personnes interrogées, citons la réduction des coûts (50 %), le gain d'agilité (33 %) et l’amélioration du délai de mise à disposition des applications (14 %).

 

Les entreprises veulent plus d’agilité dans le développement…

L’étude confirme aussi que près de 60 % des personnes interrogées prévoient d'utiliser des méthodes de développement Agile pour proposer de nouvelles applications en 2011. Les avantages des méthodes de développement Agiles les plus cités sont l’amélioration du délai de mise à disposition des applications (37 %), leur qualité (26 %), l’amélioration du taux d'utilisation des ressources (23 %) et la réduction des coûts (14 %).

 

… et des équipes plus petites

L’étude fait le constat d’une pression croissante sur la productivité des équipes de développement et de tests, orientée vers l’utilisation de méthodes de tests plus structurées et plus homogènes avec mise en oeuvre quasi systématique d’outils automatisés pour une meilleure réutilisation. Le Testing lui aussi devient Agile.

 

Le rapport conclut que les compétences des futurs ingénieurs responsables de l’assurance qualité changent en même temps que l’évolution des besoins des méthodes de développement. Les testeurs de demain travailleront en équipes plus petites et devront livrer un code exécutable sous quatre à six semaines. Du fait des délais contraints et de la petite taille des équipes, les futurs membres des équipes d'assurance qualité auront de solides compétences en assurance qualité (31 %), de sérieuses connaissances métier (22 %), une bonne maîtrise des bases de données (14 %) et des compétences en écriture de scripts (10 %).

 

A propos de l’étude

Plus de 30 000 dirigeants d'entreprise, directeurs informatiques, responsables qualité et ingénieurs ont contribués à cette étude mondiale. Tous les secteurs d’activités sont couverts : grande distribution, logistique, énergie, services, chimie, services financiers, santé, industrie, médias, secteur public, hautes technologies et télécommunications.

L’étude couvre aussi une grande diversité de taille d’entreprises : 38% des interviewés travaillent dans une petite société (moins de 1000 personnes), 27% travaillent dans un groupe de plus de 20.000 personnes, 18% travaillent dans une entreprise moyenne (entre 1000 et 5000 personnes) et 17% travaillent dans une grande entreprise (entre 5000 et 20000 personnes). La couverture géographique de l’étude est de 52% pour l’Amérique du Nord, 30% pour l’Europe, 9% pour l’Asie et 9% pour le reste du monde.

 

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région