Playboy slot reviewhttp://playboyslotreview.com/

1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Les « Smacs », dont le Cloud, tirent encore le marché IT

publié le mardi 25/04/2017

En 2016, les marchés de l'édition logicielle, du conseil et des services IT BtoB ont généré 52,1 milliards d'euros en France, soit une progression de 2,9%. Le syndicat Syntec Numérique estime que grâce aux technologies « Smacs », qui pèsent désormais 20% de ce marché IT, cette progression sera de l'ordre de 3% en 2017.

 

Godefroy de Bentzmann, le président du syndicat Syntec Numérique (en photo), se félicite de constater que le marché de l'IT BtoB a enregistré l'année dernière de meilleurs résultats qu'attendus : « Le secteur a fini 2016 avec une progression de 2% en moyenne sur ses différents marchés, soit une croissance légèrement plus forte qu'attendue. Idem en Europe, où nous avions surévalué l'impact négatif du Brexit, et donc les résultats sont légèrement mieux (3,3%) que prévu ». Dans le détail, le marché de l'édition logicielle, du conseil et des services IT ont généré 52,1 milliards d'euros en 2016, soit une progression de 2,9%

 

Les marges des prestataires IT remontent grâce aux « Smacs », malgré la pénurie des talents

Sans surprise, les technologies IT contenues dans les fameux « Smacs » (Social, Mobilité, Analytiques, Cloud et Sécurité) sont, à nouveau, l'un des principaux moteurs de croissance du marché IT BtoB en France. Ces technologies « Smacs » pèseront 20% du marché IT en 2017, soit 9 MdE, contre 18% en 2016.

Le Cloud et la sécurité sont encore les principaux leviers de croissance des Smacs, technologies IT qui aident à faire remonter les marges des prestataires et fournisseurs IT. Toutefois, leurs projets étant plus lourds à porter pour les DSI, ils nécessitent également l'acquisition de nouvelles compétences, dont les prix ne cessent d'augmenter suite à la forte demande. « Cette croissance soutenue des projets « Smacs » n'est pas toujours facile à gérer pour les DSI, qui doivent faire preuve d'agilité pour les déployer et organiser des stratégies de formation de leurs équipes », reconnaît Godefroy de Bentzmann.

 

Les problèmes de recrutement et l'inflation des salaires pénalisent la croissance des prestataires et fournisseurs IT

Le recrutement est toujours l'un des principaux enjeux du secteur en 2017. Selon ce syndicat, plus de 60% des acteurs du secteur considèrent qu'il est plus difficile de recruter désormais. En cause notamment, la bulle sur les salaires liés aux Smacs. Godefroy de Bentzmann estime d'ailleurs que la pénurie des talents s'aggrave du fait d'une accélération des vagues technologiques qui déferlent dans les métiers (ex : le blockchain dans les services financiers, où les acteurs de l'IT sont plutôt suiveurs).

Au passage, le président du syndicat Syntec Numérique constate que « les projets de transformation digitale sont au cœur d'une tendance lourde dans la croissance de nos métiers IT. Heureusement, car il n'y a quasiment aucune croissance sur les infrastructures IT « legacy ». La transformation numérique des entreprises est aussi de plus en plus portée par certaines de leurs fonctions spécialisées (CDO), et plus forcément avec le CIO. Beaucoup de CIO ont d'ailleurs été remplacés du fait de l'implication plus forte des directions générales dans les projets IT. ».

 

Le conseil en technologies IT renoue avec la croissance grâce au Digital...

Autre bonne nouvelle sur 2016, le conseil en technologies IT, marché dont les prestataires subissaient la pression des clients, au niveau des prix notamment, remonte enfin. Il a enregistré 3% de croissance en 2016 après des années de recul de son chiffre d'affaires, comme le confirme Patrice Demay, le président du pôle Conseil au Syntec Numérique : « Le conseil en technologies IT a vécu deux années de décroissance en 2013 et 2014 (-3 et -4%), puis une stabilisation en 2015, avant de remonter en 2016. Cette croissance est plus compliquée à gérer pour les petites sociétés de conseil, suite à la réduction du référencement des prestataires IT par les grands groupes. Beaucoup de ces sociétés de taille moyenne se font fait racheter en l'absence d'un accès clair à certains marchés... Quant aux cabinets de conseil plus petits, beaucoup se sont spécialisés pour se développer. » Jonathan Amar, directeur de Deletec et coprésident du collège entreprises de services du numérique (ESN), constate également : « une concentration importante entre les petits acteurs, qui sont souvent des sociétés performantes et innovantes, qui sont ensuite copiées par de plus grandes structures. 2016 a été marqué par un grand nombre d'acquisitions d'ESN et d'agences Digitale par des concurrents désireux de mieux répondre aux demandes de leurs clients en matière de transformation digitale ».

 

… Contrairement à l'Infogérance

Le président du Syntec Numérique attribue quant à lui une partie de cette reprise le conseil en technologies IT aux « besoins croissants en efficacité opérationnelle des entreprises face aux enjeux de gouvernance pour leur transformation numérique ». Il souhaite aussi « un dépoussiérage de la gouvernance IT pour répondre aux attentes des directions métiers vis-à-vis des nouveaux bénéfices de la digitalisation ». La belle embellie enregistré par le secteur du conseil en technologies IT devrait stagner en 2017 avec un taux de croissance de 2,7%. C'est toujours mieux que l'infogérance qui, après avoir affiché de beaux taux de croissance pendant des années, n'enregistrera aucune croissance en 2017, comme en 2016. La faute aux externalisations croissantes des SI dues dans le Cloud, le principal levier de croissance des Smacs ?

« Le régie n'est pas morte, car beaucoup de clients cherchent de la régie, voire du conseil, sur des nouvelles technologies IT », précise Godefroy de Bentzmann.  « Toutefois, la transformation numérique de notre société fait que ni nous, ni les clients ne peuvent pas prendre les mêmes risques qu'auparavant. Enfin, c'est un modèle qui se développe aussi « as a service » dans des centres industrialisés », en mode « offshore » notamment, car un grand nombre de ces « centres » quittent la France au profit des pays asiatiques et africains... En forte croissance, l'offshore représente environ 8% des services IT en France selon IDC.

 

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDEDUCLOUD

 

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région

tory burch glasses https://eyeweardock.com/shop/brand/tory-burch/