1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Le VDI est mort ! Vive le VDI - SBC

publié le mercredi 09/06/2010

La virtualisation de poste de travail ou autrement dénommé  VDI (Virtual Desktop Infrastructure) est LA solution technologique dont tout le monde parle actuellement.

 

Les plus grands analystes internationaux comme le Gartner ont tracé la voie et présenté tous les avantages de cette approche :

- les systèmes d’exploitation et  les applications  ne sont plus installés directement sur les postes des utilisateurs mais sur des serveurs.

- La direction informatique d’une entreprise peut gérer simplement et complètement son infrastructure en allégeant, notamment,  les opérations de maintenance.

- L’utilisateur, au démarrage de son ordinateur, a l’impression d’être sur son poste de travail habituel,  rien ne change,  mais, en fait,  il accède à une image, une représentation virtuelle de son système (Windows Seven par exemple),  image reliée au data-center qui héberge réellement son système.

 

Par exemple, si j’ai un parc de 1000 PC classiques avec Windows Vista, comment puis-je basculer facilement vers la nouvelle version du système de Microsoft ? En évoluant vers une infrastructure VDI, mon déploiement des 1000 systèmes d’exploitation Microsoft Seven se réalise, alors,  en quelques clics, sur mon infrastructure serveurs. Les utilisateurs, à la connexion suivante, voient  sur leurs postes de travail, la mire Vista remplacée par celle de Seven. La solution ultime étant de substituer aux postes de travail PC, des clients légers, moins onéreux et radicalement moins consommateurs d’énergie. Le client léger ne contient rien, en dehors de  la partie exécutant l’image virtuelle.

 

VDI et virtualisation d’applications : quelle différence ? Tout ceci est parfait, mais plusieurs zones d’ombres, susceptibles de freiner considérablement son adoption, apparaissent sur ce schéma. Au premier abord, la technologie évoquée ressemble sensiblement  à la technologie largement plus ancienne qu’est la virtualisation d’applications (Server-Based-Computing – SBC ou publication d’applications). Cette dernière consiste à faire fonctionner les applications à distance sur des serveurs et à renvoyer leur image ou représentation virtuelle à l’utilisateur sur son poste de travail. Seules les applications sont  virtualisées et non l’ensemble système d’exploitation-applications, comme c’est le cas avec le VDI. 

 

 La différence est fondamentale. Le SBC est conçue pour gérer la vie des applications, en particulier, l’instantanéité de leur mise à jour, là,  où le VDI aura tendance à figer les applications embarquées dans le système d’exploitation. Combien de nos clients nous expliquent qu’avoir été séduits et même impressionnés par la technologie du VDI, ils l’abandonnent après un premier test parce qu’ils ont les pires difficultés à maintenir les applications ou obtenir un niveau de service équivalent à celui qu’ils connaissaient avec leur « vieille technologie » SBC…

 

Un autre point défavorable est le coût de cette infrastructure VDI, lié à la migration du système d’exploitation. Sans entrer dans le détail, la différence majeure tient au coût du stockage qui est particulièrement élevé pour le VDI et nul pour le SBC. Pour un environnement bureautique typique avec 200-300 utilisateurs, pas moins de 10GB d’espace disque et 1GB RAM sont nécessaires pour chaque utilisateur. En comparaison, la virtualisation d’applications ne requière que 200MB RAM et aucun espace de stockage sur le poste.

 

Les directions informatiques déjà inquiètes par la manière dont elles devaient revoir le cycle de vie des applications avec le VDI, toussent fortement quand elles reçoivent le devis de l’architecture complète. Certes,  le coût d’acquisition et de gestion sera inférieur au coût d’une infrastructure classique sans virtualisation, mais, globalement,  un écart substantiel apparaît au profit du mode SBC.

 

 

Le VDI ne serait-il qu’une belle promesse sans lendemain ?

Il a au contraire toute sa place dans un mode combiné avec le SBC où il est capable de répondre parfaitement aux besoins, sur deux points principaux : - la capacité de plus grande personnalisation de l’environnement offerte à l’utilisateur (importante pour certaines catégories d’entre eux) - et une totale adéquation avec le système pour faire fonctionner certaines applications,  là, où le SBC exécute l’application directement sur un serveur créant des incompatibilités. Ce mode combiné, associant  VDI et SBC, consistera pour un directeur informatique,  gérant 1000 postes de travail, à sélectionner et à faire évoluer sa virtualisation suivant les  besoins et usages de son entreprise.  Ainsi, il commencera par  centraliser et  virtualiser ses applications, il  pourra ensuite décider de  virtualiser les postes de travail, au cas par cas, lorsque la virtualisation d’applications n’est pas adaptée. Et même en utilisant la virtualisation de postes de travail, il utilisera la technologie de virtualisation d’applications pour faire vivre (et notamment maintenir) les applications au sein du bureau virtualisé. Une combinaison des deux technologies est donc la meilleure approche possible pour répondre aux attentes des utilisateurs  de plus en plus variées.

 

En conclusion, adoptez la meilleure démarche pour le VDI : virtualisez vos applications dès que possible et pour vos postes de travail, faites- le, en fonction de vos besoins spécifiques.

 

Concepts et terminologies :

• La virtualisation du poste de travail (“VDI”)

La virtualisation de postes de travail permet de virtualiser le système d’exploitation du poste de travail dans son ensemble,  selon le même principe que la virtualisation de serveurs. Les différents postes virtuels ou physiques sont hébergés dans un datacenter sécurisé. L’utilisateur utilise son poste par accès distant et déport d’affichage, comme s’il était présent localement sur son poste.

 

• Virtualisation d’applications par centralisation (ou Server-Based-Computing)

La technologie de virtualisation d’applications (anciennement appelée publication d’applications ou Server-Based-Computing) permet de centraliser et mettre à disposition les applications comme un service en s’affranchissant des contraintes techniques de déploiement. L’ensemble des données de l’utilisateur, ainsi que les applications, sont hébergées dans un datacenter sécurisé. Autrement dit, l’utilisateur peut accéder à ses applications de n’importe où et à tout moment par un simple navigateur internet ou par client installé sur son poste de travail.

 

• Virtualisation d’applications par isolation ou bulle applicative

La virtualisation d’applications par isolation ou par « bulle applicative » consiste en l’installation par streaming d’une application directement sur le poste de travail. L’installation se fait d’une manière totalement isolée et indépendante par rapport au système d’exploitation, et permet de répondre aux problèmes d’incompatibilité entre une application et un système d’exploitation.

 

Présente sur le marché, cette dernière technologie est la moins déployée et utilisée des 3 solutions. En effet, c’est une réponse technologique à un besoin précis, besoin auquel répond entre autres la mise en place des deux premières solutions. Nous concentrons donc notre analyse sur les deux premières approches qui nous semblent beaucoup globales et stratégiques.

 

Marion Gravot, responsable Marketing Produit Systancia

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région