Playboy slot reviewhttp://playboyslotreview.com/

1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Cloud public : Oracle promet d’être jusqu’à 50% moins cher qu’Amazon Web Services

publié le jeudi 21/09/2017

L’éditeur américain Oracle dévoile fin septembre une tarification agressive et intelligente afin de gagner des parts de marché dans le Cloud public. Il promet d’être jusqu’à 50% moins cher qu’Amazon Web Services, le leader historique de ce marché. Pour faire baisser ses ventes de licences et compenser le recul de ses ventes de serveurs ?

 

Amazon Web Services (AWS) s’est trouvé en septembre un nouvel adversaire de taille dans le Cloud public : Oracle. Larry Ellison, le fondateur et président de cet éditeur IT américain, promet d’être jusqu’à 50% moins cher qu’AWS sur ses offres d’Infrastructure as a service (Iaas).

 

De nouveaux modèles d’achat des services Cloud

Il a dévoilé plusieurs modèles d’achat de services Cloud différents de la traditionnelle licence, dont un système de consommation à l’usage du Iaas basé sur des « Crédits universels ». En tenant compte des budgets disponibles de ses clients, déclarés sur une base mensuelle ou annuelle, Oracle s’engage ici à les laisser consommer autant de services Iaas et Paas qu’ils le souhaitent dans la limite budgétaire fixée initialement. Sans à rendre de compte à Oracle ! Une première pour cet éditeur, ce que Larry Ellison reconnaît bien volontiers.

D’ailleurs, il considère cette nouvelle offre comme le modèle d’achat à la consommation des services Cloud (Iaas) le plus flexible de l’industrie IT. Ce nouveau système de consommation des services Iaas et Paas (plateforme as a services) d’Oracle basé sur des « Crédits universels » sera disponible dès fin septembre

 

Un Paas en libre-service pour les détenteurs de licences

Oracle a aussi lancé une offensive sur les services de plateforme (Paas). Avec le programme « Bring your own license to Paas », cet éditeur étend son offre Cloud en permettant aux clients détenteurs de ses licences de les utiliser sur sa plateforme Paas, avec ses offres base de données, Middleware, Analytique, etc. Par ailleurs, ceux disposant déjà d’une licence « on-premise » pourront accéder à sa database Cloud pour un coût inférieur.

Une approche intelligente, qui a pour objectif d’accélérer le basculement des achats de licences vers celui de services Cloud vendus à la consommation. Oracle disposera ainsi d’une visibilité accrue sur ses ventes futures, tout en fidélisant davantage ses clients dans la durée. Soulignons que Larry Ellison a profité de cette conférence pour annoncer la nouvelle version de base de données, qui va beaucoup réduire les coûts de d’erreur et de maintenance humaine

 

Oracle peut-il être moins cher qu’AWS ?

Oracle promet d’être jusqu’à 50% moins cher qu’Amazon Web Services (AWS), le leader historique du Cloud public. Un pari difficile à tenir quand on sait qu’AWS a réalisé près de 50 baisses de prix depuis 11 ans sur ses quelques 90 services Cloud. En outre, le leader historique du Cloud public est déjà très affuté sur le plan commercial. Il livre une guerre commerciale sans merçi à ses deux grands challengers - Google et Microsoft.

Enfin, l’annonce d’Oracle survient – comme par hasard - au moment où AWS introduira début octobre la facturation à la seconde sur son service de calcul en ligne EC2… Le Français Outscale, la filiale Cloud public de Dassault Systèmes, la propose depuis 2016.

 

Olivier Bellin

bellin@channelbp.com

#CBPMagazine, #BellinCBP, #GUIDEDUCLOUD

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région

tory burch glasses https://eyeweardock.com/shop/brand/tory-burch/