1st European collaborative IT BtoB webmagazine

Cloud : Orange Business Services investit dans la qualité de service et les applications

publié le mercredi 09/03/2011

SPECIAL SALON InThe Cloud : Orange Business Services (OBS) prévoit de réaliser 500 ME d’ici 2015 dans le Cloud en général, mais pas à n’importe quel prix. Cet intégrateur se positionne surtout sur les clouds privés, les prestations haut de gamme et la qualité de service. Didier Jaubert, le directeur de sa division Global Services, ne considère donc pas les Google ou Amazon, qui proposent surtout des Clouds publics, comme des concurrents dans l’immédiat. Le développement d’OBS dans le Cloud passera par la coopétition, avec les ISV et les intégrateurs IT notamment. Une stratégie qui s’était avérée payante pour feu le Minitel…

 

 

CBP (Channelbp.com) : Quels sont les objectifs financiers d’Orange Business Services (OBS) dans le Cloud ?

Didier Jaubert, directeur Global Services d’Orange Business Services (OBS), un intégrateur filiale de l’opérateur Orange : Orange Business Services envisage de réaliser 500 ME en 2015 dans le Cloud en général.

 

N’est-ce pas trop ambitieux à court terme sur un marché émergent ?

Non, c’est un chiffre sérieux et validé par la direction d’Orange et la demande du marché. De plus, il est étayé par les offres Saas et Cloud que nous avons lancé depuis fin 2010. Signalons au passage que certains de nos concurrents annoncent des chiffres supérieurs à horizon de 3 ans.

 

Quelles sont les offres Cloud qui tirent ce marché pour l’instant ?

Une grande partie des affaires que nous recevons dans ce domaine portent sur la création de Clouds privés pour les entreprises. Ici, le montant des contrats est très élevé, à l’instar des affaires qu’Orange Business Services enregistre dans les services d’infogérance des infrastructures IT.

 

Votre offre Infrastructure as a Service (IaaS), qui est très pointue, rencontre-t-elle un certain succès suite à son lancement en 2010 ?

Nos offres Iaas mutualisées, baptisées Flexible Computing, ont déjà séduit une vingtaine de clients. Ces déploiements concernent quelques centaines de machines virtuelles. Quand nous extrapolons le nombre de machines de ce type à déployer et à héberger en Europe et dans le monde, les perspectives sont prometteuses.

 

Pourquoi  Orange Business Services a-t-il verticalisé certaines de ses offres Saas et Cloud ?

La verticalisation métiers des offres cloud est nécessaire pour bien adresser certains secteurs industriels, tels que les Finances, le Transport, la Logistique et la Santé. Nous avons d’ailleurs créé des offres qui leurs sont spécifiques, car ces acteurs veulent bénéficier d’une haute qualité de services dans chacun de leurs domaines aux caractéristiques bien spécifiques.

 

L’incertitude quant aux lieux ou aux contraintes légales liées aux pays assurant l’hébergement des données constitue-t-elle toujours un frein à la décision pour les acteurs de ces métiers ?

En partie. Je précise toutefois que l’hébergement des données de santé est très encadré. En l’occurrence, Orange Business Services travaille avec Almerys, une filiale de France Télécom qui héberge l’activité santé d’Orange Business Services, pour industrialiser les solutions de tiers payant en mode cloud. Plusieurs sociétés d’assurance ont accepté de travailler avec nous car nos infrastructures Cloud offrent un haut niveau de qualité. A terme, Orange pourrait devenir un vrai opérateur d’applications dans la santé notamment.

 

L’offre Saas d’Orange Business Services est-elle plus compétitive que celle de ses concurrents ?

Les offres de Cloud public, du type Google et Amazon, sont sans doute moins chère, mais ces acteurs ne délivrent pas la même qualité de service qu’Orange Business Services sur le haut de gamme.

 

Et comment vous différenciez-vous par rapport à vos concurrents directs, les autres telcos… ?

La différenciation avec les autres opérateurs de réseaux se fera sur des géographies spécifiques. Aux Etats-Unis par exemple, il est probable qu’Orange Business Services ne réalisera pas autant de chiffre d’affaires face à des Verizon qu’en Europe. En revanche, le groupe possède de belles perspectives dans les territoires de la zone EMEA, où nous sommes déjà mieux implantés.

 

… Et les grands fournisseurs IT ?

Quant à nos concurrents dans l’IT, Orange Business Services fera la différence sur la qualité du réseau. Le groupe est capable d’offrir aux entreprises une approche SLA très qualitative de bout en bout avec un interlocuteur unique.

 

Microsoft est-il un partenaire ou un concurrent ?

Quant à Microsoft, nous sommes l’un de ses partenaires sur l’offre Saas. Orange Business Services possède déjà des applications sur les Microsoft On line Services (MOS). Par exemple, Business Together with Microsoft a connu de très beaux succès avec près de 20 000 utilisateurs, dont la société Cirque du Soleil. Le groupe va annoncer une offre MOS similaire vendue par Orange avec des dispositifs Orange sur du Microsoft embarqué.

 

Et Cisco, qui affiche des projets très ambitieux dans le Cloud ?

Orange Business Services est proche d’un acteur comme Cisco, avec qui nous avons créé trois pilotes dans l’univers de la communication unifiée. Cet équipementier veut monter dans la chaîne valeur et nous l’y aiderons, mais pas en exclusivité car nous sommes opérateur et intégrateur. De plus, nous ne voulons pas nous disperser au niveau des partenariats pour faire inter opérer les plateformes à terme. Nous aurons des plateformes IT pré testées Flexible for Business avec Vbloc, la plateforme des Cisco, EMC, VMware, etc. afin de faciliter l’intégration du cloud chez les clients.

 

Orange Business Services est-il capable de bien vendre ces offres Cloud aux PME ?

En interne, Laurent Kocher renforce sa force commerciale. Il cherche des talents proches des préoccupations des PME en termes d’IT. Et contrairement à nos concurrents dans les services IT, nous n’avons à leur expliquer ce qu’est un réseau.

 

Orange Business Services adresse-t-il que des grands comptes avec ses offres Saas et Cloud ?

Majoritairement, pour l’instant. Mais il y aura davantage de PME de 50 à 500 salariés parmi nos clients à court terme, comme le confirme le succès de notre Forfait. Grâce à lui, le poste de travail de quelques 2000 utilisateurs est virtualisé avec les applications de l’entreprise, des PME en majorité. Toutefois, beaucoup de dirigeants de PME demeurent prudents et ils font encore confiance à leurs partenaires IT locaux pour administrer leur système d’informations.

 

La clientèle est-elle la même en France ou à l’international ?

En France, Orange Business Services est présent sur toutes les clientèles, contrairement à l’international, où nous adressons essentiellement les grands comptes. Une fois que les PME auront une meilleure compréhension des offres Cloud, elles y souscriront davantage.

 

Le Cloud constitue-t-il une opportunité pour tous les acteurs du channel ?

Le Cloud est une nouveauté pour toutes les forces de vente des acteurs du channel, dont celle d’Orange Business Services. Elle est bien accueillie car le groupe possède une bonne capillarité en région, grâce à son réseau d’agences notamment. D’aileurs, la création d’un réseau de distribution est un élément clé pour accélérer le développement du cloud au-delà de 2015.

 

Orange Business Services envisage-t-il de travailler en partenariat avec d’autres intégrateurs de l’écosystème Cloud ?

Orange Business Services est convaincu que la commercialisation du Cloud passe par la coopétition. Par exemple, nous proposons à des tiers la revente en marque blanche de nos offres Flexible 4 Business. De même, la vente de l’offre Orange Inside peut être transparente, ou pas, pour le client. Enfin, si le client le souhaite, Orange Business Services peut intégrer la prestation d’un intégrateur, au niveau de la migration de son SI, de la conduite du changement, etc.

 

Et avec les ISV également ?

Cette logique commerciale s’applique aussi aux ISV, avec un possible partage de valeur entre nous sur la revente de nos offres réciproques. Nous allons bientôt annoncer des partenariats de cette nature. Fin 2010, Orange Business Services a lancé VPN Galerie, une plateforme Cloud mutualisée qui accueille les offres des ISV qui le souhaitent. Ainsi, ils n’ont pas à investir dans une connexion haut de gamme pour assurer une liaison de qualité avec les applications de leurs clients.

 

La VPN Galerie préfigure-t-elle le lancement d’une boutique type Orange Aps ?

On peut imaginer la création d’un Business Store Orange. Ce projet n’est pas encore une réalité, mais il en est à un stade de maturation très avancé. Pour l’ouvrir, nous devrons avoir un nombre d’éditeurs suffisants avec un modèle économique pérenne pour nos partenaires. Ils ne sont pas forcément faciles à convaincre, surtout s’ils veulent monter leurs propres plateformes Saas et/ou être présents sur plusieurs plateformes Cloud simultanément.

Autres articles sur le même sujet :

Mots clefs :

Trouver un partenaire dans votre région